L’édito de la semaine

L’édito de la semaine

Accueillir, rencontrer, aider…

Heureux ceux qui pleurent, ils seront consolés.

Matthieu 11, 24

Nous nous retrouvons dans cette période de la Toussaint et du mois de Novembre, pendant laquelle nous avons à cœur de prier pour nos chers défunts.

Se souvenir de tous ceux qui nous ont quittés, évoquer la mort, c’est aussi s’interroger sur nos raisons de vivre, sur le sens de notre vie aujourd’hui. La Toussaint nous invite à croire que la sainteté consiste à devenir des “vivants mortels”. Elle nous convie, au cœur de nos fragilités, à intensifier cette vie en nous, à devenir « Bienheureux ». « Un saint est tout simplement un être humain qui, humblement, a demandé à Dieu son salut et a appris de Lui à aimer ». Le curé d’Ars.

« Heureux ceux qui pleurent, ils seront consolés ». « Heureux » affirme Jésus. Non comme un constat, mais comme une promesse.

Notre équipe d’accompagnement des familles en deuil s’efforce d’accueillir, de rencontrer, d’écouter, d’aider les familles dans la préparation de la célébration. Elle s’associe à la peine des familles et manifeste sa présence et son soutien. En cela, elle se fait servante des personnes qui pleurent leurs défunts. L’équipe témoigne de l’attention que la communauté paroissiale porte aux personnes endeuillées. Elle tente d’exprimer la profondeur de l’amour de Jésus Christ et l’immensité de sa miséricorde. Elle témoigne de la promesse de vie éternelle pour tous les hommes grâce à la résurrection de Jésus.

La période de la Toussaint est particulièrement pesante pour ceux qui ont perdu un être aimé. Pour être une paroisse « servante des pauvres », sachons agir en toute fraternité : soyons attentifs à eux. Parfois, un regard, quelques mots d’amitié, peuvent faire du bien.
Mais par ailleurs, elle est une fête. En famille, on peut se souhaiter bonne fête ce jour-là et partager l’histoire des saints patrons des uns et des autres.

Les parents peuvent expliquer aux enfants le choix de leur prénom.

C’est aussi l’occasion de parler des défunts de la famille. C’est une manière de dire l’Espérance des chrétiens et notre foi en la Résurrection.

Monique de Rosbo et Brigitte Thévenin, pour la pastorale des funérailles,

Et en lien avec la démarche de réflexion sur la Vision Pastorale

Un Commentaire

Ajouter un Commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.